Mag des 50 Personnalités : Marc Barani, Architecte

Consacré en 2013 par le Grand Prix national de l’architecture, lauréat 2008 de l’Equerre d’argent pour le pôle multimodal du tramway de Nice, Marc Barani imprime sa marque… jusqu’au...
12

Gaëlle CLOAREC

Consacré en 2013 par le Grand Prix national de l’architecture, lauréat 2008 de l’Equerre d’argent pour le pôle multimodal du tramway de Nice, Marc Barani imprime sa marque… jusqu’au Liban.

Awarded by the Grand Prix national de l’architecture in 2013 and winner of the Equerre d’argent’s in 2018 for the multimodal division of Nice’s tramway, Marc Barani stamps its mark… even to Lebanon.

Voir la vidéo du lancement du Magazine à NEW YORK

_

MBArchitecte, scénographe, anthropologue, Marc Barani mélange les genres pour mieux bâtir. “C’est essentiel”, explique celui pour qui “l’architecture se situe entre deux dimensions, humaine et plastique, afin de proposer un art de vivre, une organisation et un cadre au quotidien comme à l’exceptionnel”. C’est donc en s’appuyant sur une équipe multidisciplinaire, composée aujourd’hui d’une vingtaine de personnes, qu’il a fondé en 1989 son Atelier à Nice, son “camp de base”, ce sud qui l’a vu naître en 1957 et qu’il ne quitterait pour rien au monde. “J’aime ce flou, ce quelque chose d’indéterminé que l’on ne trouve qu’ici”.

De flou, pourtant, il n’en est pas question dans les réalisations de ce diplômé de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Marseille, promotion 1983. Sa première réalisation, l’extension du cimetière Saint-Pancrace à Roquebrune- Cap-Martin, se jouait des contraintes – la montagne – pour gagner en horizontalité. L’homme aime les défis. La diversité, aussi. Villas luxueuses et logements sociaux, infrastructures urbaines et ouvrages d’art, écoles et cimetières : “Nous avons organisé l’agence pour couvrir un spectre de projets élargis”. Ceux en cours en témoignent : de l’Ecole nationale supérieure de la Photographie d’Arles à la gare de Bagneux du Grand Express Paris, de l’immeuble tertiaire Connexio du Grand Arénas (Nice) à l’auditorium de l’Institut de France… jusqu’au mémorial de Rafic Hariri à Beyrouth, Marc Barani imprime sa marque, consacrée en 2013 par le Grand Prix national de l’architecture.

Architect, scenographer, anthropologist, Marc Barani mixes genres to built. “Architecture lies between human reality and plastic to propose a way of life”. Graduated, in 1983, from Ecole Nationale Supérieure d’Architecture of Marseille, it is by relying on a multidisciplinary team, composed of 20 people, that he has founded, in 1989, his workshop in Nice. For his first work, the Saint-Pancrace cemetery extension at Roquebrune- Cap-Martin, he faced some constraints:

the mountain. He likes challenges and diversity. Luxurious villas and social housing, urban infrastructures and works of art, schools, and cemeteries: “We opened the agency to work on eclectic projects”. And those under development can prove that: from the Ecole Nationale supérieure de la Photographie of Arles to the Bagneux of Grand Express Paris train station, or even the Rafic Hariri memorial in Beirut, Marc Barani stamps its mark. A talent honored by the Grand Prix national de l’Architecture in 2013.

                                                                                                          Gaëlle CLOAREC

Crédit photo : Mary-Laetitia GERVAL

Traduction : Marie Rachel APARIS

Contact et renseignement pour recevoir le magazine (livraison à partir de 3 numéros) : jamil.zeribi@grandsudnetwork.com

couverture_IA_2018

Catégories
Mag des 50 PersonnalitésRégion Sud 2018/2019
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

*

*

ARTICLE SIMILAIRES